Toasteroid ou les aventures du grille-pain connecté fantôme

Une brève dans un supplément de l'Est Républicain a attiré mon attention
Toasteroid, le grille-pain du futur, dans les pages de « Jeunior »

Chose promise, chose due : voici les aventures du grille-pain du futur.
A l’origine, une brève illustrée dans « Jeuniors », le supplément dominical que mon quotidien régional habituel adresse aux « jeunes de plus de 50 ans ». A la rubrique « Objets malins résolument innovants », je découvre « Toasteroid », un grille-pain qui grâce à une application dédiée « invite à toaster les messages qui vous plaisent sur les tartines ». Technophile compulsif, je sursaute. La brève ne précise ni où se procurer l’objet ni combien il coûte. Qu’à cela ne tienne : mon ami Google trouvera bien les infos que mon journal juge inutile de me donner.

Continuer la lecture de « Toasteroid ou les aventures du grille-pain connecté fantôme »

Rédacteur freelance : vers l’ubérisation et au-delà

Après les plateformes qui dévalorisent la profession, voici celles qui font les poches des freelances

A priori, je ne pensais pas que mon billet de la semaine dernière appellerait une suite (pour les lecteurs qui cherchent le bouton « passer l’intro », il y était question de rédacteurs freelance, de plateformes sérieuses et d’ubérisation de la profession). C’était compter sans l’inventivité d’internet.

Continuer la lecture de « Rédacteur freelance : vers l’ubérisation et au-delà »

Freelance : écrire est un métier, évitons de le brader

Tout juste libéré de la pesanteur du CDI et du confortable salaire qui allait avec, je déboule fringant dans le monde de la recherche d’emploi. Avec mon CV de cadre dans la presse régionale, je suis confiant. Certes, la presse est en crise, mais mes compétences sont transférables…

Ecrire est un métier


Les conseillers Pôle Emploi et autres professionnels de la reconversion n’ont pas jugé utile d’entretenir l’illusion : compte tenu de mon âge, mon « taux d’employabilité » est de zéro. D’autant que journaliste, comme métier, ce n’est pas l’atout maître. Mes quelques idées de reconversion dans les domaines qui occupaient jusqu’ici mes loisirs s’étant vite révélées vouées à une faillite rapide, il reste une solution : devenir freelance.

Continuer la lecture de « Freelance : écrire est un métier, évitons de le brader »

Ouais, mais tout le monde n’a pas internet

La PQR sur le web, je suis dedans depuis bientôt 10 ans. Si j’avais touché un euro à chaque fois que j’ai entendu un confrère balayer mes arguments d’un définitif  « ouais, mais tout le monde n’a pas internet », je serais riche. En règle générale, l’affirmation est complétée (par son auteur ou par un autre) d’un élogieux « surtout nos lecteurs, qui sont majoritairement vieux et pas riches ».ONE Continuer la lecture de « Ouais, mais tout le monde n’a pas internet »

Merci Jean-Marc, lettre ouverte à Patrick Cohen

Cher Patrick Cohen, je t’écoute tous les matins ou presque et j’y prends généralement plaisir (excuse moi de te tutoyer alors qu’on ne se connait pas, mais c’est une des habitudes que j’ai acquise en 25 ans de métier, entre journalistes, on se tutoie, qu’importe le rang et la célébrité). Mais là, mercredi, tu m’as gonflé. Gonflé grave même.

Patrick Cohen
Patrick Cohen (Image Radio France)

Que tu chambres le premier ministre, c’est ton métier. Mais quand il dit un truc intelligent, à savoir que la PQR fait un boulot sérieux et plus proche de la vie des gens que les éditorialistes parisiens, tu pourrais retenir un peu les chevaux.
Il avait sacrément raison notre premier ministre et il a fallu que tu te moques. Mais ce n’est pas de Jean-Marc Ayrault que tu t’es moqué, c’est des 6000 journalistes de province. Continuer la lecture de « Merci Jean-Marc, lettre ouverte à Patrick Cohen »

Bref, j’ai modéré le blog

Avant de profiter au soleil de ce dimanche de fin d’été, quelques heures de boulot. Après-tout, assurer la permanence multimedia d’un « grand quotidien régional d’information » alsacien, c’est plutôt sympa. Assaisonner à la sauce web les papiers remontés du print. Être à l’affut de l’info chaude, le premier sur l’info régionale, dans le peloton de tête pour relayer l’AFP… STOP !

Je commente, donc je suis...
Je commente, donc je suis…

Avant tout çà, il faut « modérer le blog ». Entendez filtrer les commentaires que les internautes postent au bas des articles pour éviter les dérives qui contreviendraient à la loi (ceux qui ne contreviennent qu’au bon goût, on les laisse, c’est dans la charte). Continuer la lecture de « Bref, j’ai modéré le blog »

1980-2013, l’aventure du Pays

Directeur de la rédaction de L’Alsace-Le Pays pendant vingt ans, Jean-Marie Haeffelé a lancé l’aventure du Pays. Avec un premier numéro paru le 6 mars 1980, Le Pays aura été pendant 33 ans un laboratoire de ce que pourrait être une presse régionale dépoussiérée. Voici le texte que Jean-Marie Haeffelé  a écrit en 2008, pour raconter, à sa façon, la naissance du petit dernier de la PQR. [Edit octobre 2013] Décédé en novembre 2009, Jean-Marie Haeffelé n’a pas connu la fin de l’histoire. Je la résume à la fin du texte.

Continuer la lecture de « 1980-2013, l’aventure du Pays »

Cap Man, l’éclair qui fait le buzz

C’est une vidéo de 11 secondes, filmée en basse définition, de nuit et sans éclairage. Techniquement, c’est léger, on s’en doute. Contenu du film, Cap Man, un super héros (on le reconnaît à la cape rouge qui flotte derrière lui) dévale le pont Legay, en plein centre de Belfort. L’endroit est connu des automobilistes pour héberger le seul radar automatique de la ville. Lorsque Cap Man passe devant l’appareil, le flash se déclenche. Fin du film. Continuer la lecture de « Cap Man, l’éclair qui fait le buzz »

Le clochard qui a fait de l’ombre aux Eurockéennes

MICHEL GIGANDET
Michel Gigandet est mort à 57 ans, noyé dans le canal à Montbéliard. (Photo Lionel Vadam/Le Pays)

Il avait 57 ans, et n’imaginait sans doute pas atteindre à la célébrité posthume. Plus clochard que SDF, Michel Gigandet a vécu toute sa vie dans les rues de Montbéliard. Il est mort bêtement en tombant dans le canal au soir du vendredi 2 juillet 2010. Au soir du premier jour des Eurockéennes 2010.
Continuer la lecture de « Le clochard qui a fait de l’ombre aux Eurockéennes »